FEDIA: « Avec Pretty Gal, j’ai voulu casser un peu mon image de fille gentille! »

IMG_5303

 On a découvert Fédia il y a quelques années sur le concept Passion Zouk. Après quelques recherches musicales, elle revient, musicalement métamorphosée, avec un nouveau single, « Pretty Gal », qui fait déjà parler de lui outre-atlantique! Il faut dire que le producteur du titre n’est autre que Blastar, l’une des sommités du milieu hip-hop-r’n’b, qui n’a pas l’habitude de s’engager pour n’importe qui! L’ Italo-Martiniquaise est donc en passe de réussir son pari, s’imposer sur un marché beaucoup plus large que ses débuts zouk, et on lui souhaite bonne chance!

– Bonjour Fedia, présente-toi aux lecteurs de FrekansZoukMagazine.

FEDIA: Bonjour, je m’appelle Fédia, j’ai 24 ans et je suis d’origine martiniquaise par ma mère et italienne par mon père. Je fais de la musique « professionnellement » depuis environ 6 ans et suis chanteuse dans l‘âme depuis mes premiers pas.

– On t’a découvert avec « Parfum de Mensonge » en 2009, produit par MadMike, comment se passe cette première expérience?
F: Pour mon premier morceau, je voulais une instru dans l’esprit de la chanson « She’s like the wind » extrait de la B.O. de Dirty Dancing. J’ai partagé mon envie à Madmike, qui a su immédiatement cerner ce que j’attendais et à ainsi créer la prod de « Parfum de Mensonge ».
A travers ce titre, j’ai voulu raconter l’histoire d’une relation d’adultère conscient. On a tous plus ou moins déjà vécu ce genre de situation, on connaît la vérité mais on a du mal à aller de l’avant car on arrive pas à dire au revoir à quelqu’un.
Je pense que les vérités qu’on aime le moins apprendre sont celles que l’on a le plus intérêt à connaître.

fedia-4

– « Parfum de mensonge » puis « Au-delà des mots », deux titres qui t’attirent de très bonnes critiques. Pourquoi ce choix zouk pour démarrer ta carrière?
F: J’ai débuté ma carrière de chanteuse en faisant du zouk car c’est une musique avec laquelle j’ai été bercée durant toute mon enfance grâce à ma mère qui en écoutait beaucoup. Elle écoutait régulièrement des artistes comme Kassav, Edith Lefel, Patrick Saint – Eloi, Challenger’s, J.M Harmony ou encore Jean-Michel Rotin. Il m’a donc paru naturel de débuter ma carrière avec ces sonorités qui m’étaient familières.

Au-delà des mots est un titre avec lequel je me sentais très à l’aise, il est doux et exprime la joie d’avoir trouvé l’élu de son cœur. Vous savez, ce moment où l’on attend plus rien de l’amour et qu’on tombe finalement sur la bonne personne, celle qui nous correspond, celle que l’on pourrait suivre au bout du monde les yeux fermés. C’est tout l’opposé de « Parfum de Mensonge ».
Pour ce titre, j’ai vraiment voulu partager le bonheur absolu que l’on peut ressentir par amour. Pour le clip, on a voulu se faire plaisir avec Madmike en mettant en scène le coup de foudre avec un petit coté clownesque, décalé.

 – Tu es une artiste complète, tu maîtrises le chant et la danse. C’est important pour toi de pouvoir t’exprimer par ces deux biais?

F: Oui, beaucoup car pour moi les deux sont indissociables. Plus jeune, j’ai été éblouie par Michael Jackson, Jennifer Lopez, Britney Spears ou encore Ciara. Ce sont des artistes qui ont développé de véritables shows de danse autour de leur musique et dont les chorégraphies sont tout aussi incontournables que les chansons d’aujourd’hui. C’est grâce à eux que j’ai l’envie de donner le meilleur de moi-même en maîtrisant ces deux disciplines.

– 2013, virement de cap avec « Wyner », titre dancehall. C’était un choix compliqué d’arrêter le zouk ? Pourquoi « Wyner »?

F: Non pas du tout, vous savez les artistes sont sans cesse en évolution. J’ai ressenti le besoin de faire varier ma musique, de la faire évoluer avec moi et mes goûts tout simplement.
Je n’avais pas envie de me limiter à une seule chose et de mettre une étiquette zouk sur mon identité artistique. J’aime tellement la musique dans son ensemble, je suis très éclectique. J’écoute de tout, de Chopin à Fall Out Boys, de Bharati à Vybz Kartel… Vous voyez ? C’est vraiment très varié !

– Ce titre a eu un grand retentissement dans plusieurs pays: Suisse, Australie, Grande-Bretagne… Une satisfaction?
F: Oui, ce fut un grand plaisir! Etre écoutée en France et au-delà des frontières m’apporte une joie immense. Je remercie d’ailleurs tous ceux qui ont participé à ce succès et qui me suivent encore aujourd’hui.

– 2015, nouveau virage à 180° pour Fedia avec « Pretty Gal », un titre pop-urban, un peu dans la tendance 7/11 de Beyoncé et carrément à l’opposé de ce que tu as déjà fait. C’est la direction que tu souhaites prendre aujourd’hui?
F: Comme je vous le disais précédemment, je n’ai pas de barrière musicale, je fais les choses au feeling.  J’aime évoluer, me renouveler, un peu à l’image de ce que font Beyoncé ou Rihanna qui ne cessent de nous surprendre. Elles osent prendre des risques et proposer de nouvelles choses à leur public et c’est ce qui fait évoluer la musique aujourd’hui.

IMG_5343

– Fédia et le zouk, c’est terminé?
F: Le zouk, j’en referai certainement. Si demain l’envie me prend, je le ferai, la vie est trop courte pour s’interdire de faire ce que l’on aime.

– Parle-nous de « Pretty Gal », de quoi parle ce titre? Que t’a apporté la prod de Blastar?
F: Je suis actuellement en train de préparer un EP [NDLR: Extended Play, un format musical entre le single et l’album] avec Blastar qui sortira à l’automne 2015. Sur cet EP, j’ai envie de prendre des risques en disant ce que je pense sur une musique qui me correspond, sans avoir à me soucier de ce que les gens pourront bien dire. Juste être moi-même à 100% et c’est ce qui s’est passé avec Pretty Gal. J’ai voulu casser un peu l’image de  fille gentille que j’avais pu avoir suite à mes différents morceaux, avec ce titre un peu  Bad Girl . C’est un titre assez féministe je dois l’avouer…
Pretty Gal, c’est une femme jolie, bien sûr, mais pas seulement, c’est aussi une femme avec du caractère, une femme qui s’affirme et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Un peu à l’image d’une rose qui représente la douceur et la beauté, mais à tenir avec des pincettes si tu veux la toucher car sinon tu risques de te faire avoir par ses épines!
Sur le morceau, en plus d’avoir fait la prod, Blastar fait les voix de « Pretty Gal » déformées par un vocodeur. J’ai trouvé que c’était génial. Blastar et moi avons la même vision de la musique, du travail et sommes tous les deux de grands passionnés. C’est un pur bonheur de travailler avec lui.

– Apparemment les chorées du clip sont assez hot! Tu es quelqu’un qui fonctionne beaucoup avec la sensualité?
F: Je ne dirai pas «hot» car lorsque j’allume ma télé et que je regarde la plupart des clips d’aujourd’hui, je trouve que oui, c’est de plus en plus «hot». Mes chorés, elles, sont hip hop-dancehall, dans la sensualité mais jamais dans la vulgarité. Je travaille depuis un moment avec Aya Level, chorégraphe très talentueuse aux millions de vues. Nous avons toujours su faire la part des choses et trouver un juste milieu entre la sensualité et la provocation. C’est important pour moi d’assumer ma sensualité de femme tout en gardant une part de mystère.

– Tu es Martiniquaise par ta mère et Italienne par ton père, quels traits de caractère as-tu acquis de ta double culture? 😉
F: Je dois avouer que j’ai vraiment les deux côtés dans ma personnalité qui ressortent : je suis très douce et calme, à l’image de ma mère mais j’ai aussi ce tempérament de feu sicilien en moi. Si l’on me cherche, je peux très vite me transformer en « Dr Jekyll »! (rires)

– De quelle commune de la Martinique est originaire ta famille?
F: Du carbet.

– Tu as déclaré que ton footballeur préféré était ton cousin Nicolas Maurice-Belay, la famille ça compte beaucoup pour toi?
F: Oui bien sûr, la famille compte et comptera toujours pour moi. Nous sommes une famille de footeux et de nageurs. J’ai trois cousins qui jouent au football pro dont Nicolas Maurice-Belay, Nicolas Anelka ainsi que Thomas Esphestion, par conséquent ce sont mes trois joueurs préférés.

– Quels sont tes passe-temps? Es-tu artiste professionnelle ou travailles-tu?
F: Oui, je suis hôtesse d’accueil le matin et j’enchaîne l’après-midi et le week-end avec mon travail de studio, les enregistrements, la danse etc… C’est un rythme assez soutenu mais j’arrive à garder une bonne hygiène de vie et, du coup, je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

– Le 7 est un chiffre très important pour toi, tu l’as accolé à ton nom, ce sera aussi le titre de ton premier EP, tu as un 7 tatoué dans le cou… Pourquoi?

F: A vrai dire, il m’est tombé dessus depuis toute petite. Le 7 me suis un peu partout, pour des choses parfois vraiment très étonnantes. Il me porte bonheur… Il était donc évident pour moi qu’il m’accompagne dans l’un des plus beau projets de ma vie : mon premier EP.

– Tu connais le titre « le 7 » de IAM? Il rejoint ta perception du 7, en tant que chiffre mystique…

F: Oui, je connais et j’aime beaucoup. Je suis entièrement en accord avec IAM. Je pense qu’il est divin : 7 jours de la création de la terre, 7 jours de la semaine, les 7 couleurs de l’arc-en-ciel, les 7 Merveilles du monde…

– Comptes-tu revenir bientôt en Martinique? Pour le travail ou les vacances?

F: Oui, mon île me manque. J’espère venir très bientôt pour un tournage et j’en profiterai bien sûr pour y voir ma famille, mes amis et profiter de la plage du Carbet 😉

– Quel sont les rêves de Fedia?

F: J’ai plusieurs rêves! L’un d’entre eux serait bien sûr de devenir une artiste épanouie et d’avoir une très longue carrière. J’aimerais beaucoup me servir de ma «notoriété» pour aider davantage les associations que je soutiens déjà : Amnesty international, Unicef, Invisible Children et Les Restos du Cœur.
J’ai le sentiment qu’être artiste ne se résume pas uniquement à produire de la musique, j’ai envie de donner en retour, de faire passer des messages, d’influencer peut-être la vie des gens dans un sens positif et je pense, comme dirait Bob Marley, un de mes plus grands mentors, que la musique peut rendre les hommes libres.

– Quel est ton mot de la fin?

F: Un grand merci pour votre soutien, FrekansZouk, et j’espère que le clip de « Pretty gal » vous plaira. J’ai hâte de vous faire écouter la suite à venir et de vous retrouver très bientôt 😉

Retrouvez Fédia sur la Toile

Site officiel : http://www.fedia7.com/

FB: https://www.facebook.com/FediaOfficiel

Instagram : @fedia7

Twitter : @fediaofficiel

IMG_5254

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :