X-Man: « Je ne me sens en compétition avec personne! »


xman3

 

X-Man est l’une des figures phares de la musique dancehall martiniquaise, une valeur sûre qui ne peut plus décevoir un public 100% acquis à sa cause. Ce titre, acquis à force de travail, de rimes ciselées et de riddims percutants, il le chérit et ça le motive pour travailler encore plus, monter le niveau encore plus haut. Infatigable stakhanoviste, il performe les nuits et produit des skuds la journée. Après une année 2014 remplie avec un album hit, Saturday Night, il entame 2015 sur sa « bécane sans freins » avec une séparation avec Step Out, un titre classé dans le Top 40 des discothèques et clubs en France « Just Wine », la création de son propre label TÔNÔP et son prochain single inédit « Soumission », bientôt disponible… Apparemment, il a bien les supers-pouvoirs nécessaires pour gérer tout ça! Il nous signe cette interview d’un X efficace et réaliste sur un parcours exemplaire.

 

– Bonjour X-Man, présente-toi aux lecteurs de FKZM…

X-MAN: Salut à tous, EDMOND-MARIETTE Xavier, je suis né le 09 Novembre 1984 à Fort de France (Martinique), j’ai grandi dans les quartiers de Trénelle et Terres-Sainville où j’ai fait une bonne partie de ma scolarité (Primaire et Collège), j’ai aussi préparé un BEP Electronique à l’AMEP que j’ai abandonné pour me consacrer à la musique.
Je suis bien sûr passionné de musique mais j’aime aussi passer mes journées en mer, car tout ce qui touche à la mer m’attire: bateau, pêche, plongée sous-marine. J’aime beaucoup la moto, la nature et les voyages. J’aime les choses simples, comme une petite grillade entre amis, une partie de belote ou de poker. Je regarde beaucoup de documentaires, au moins un par jour, car j’ai une grande soif de connaissances.

– Comment se passe ta révélation musicale? Tu faisais partie d’un crew?

X: Effectivement au départ je faisait partie d’un crew, puis j’ai continué mon chemin tout seul, en enregistrant des titres sur diverses compilations et quelques single dans l’underground dont le « Pti jeu » qui m’a propulsé en avant.

– Tu as grandi entre Trénelle et les Terres-Sainville, ça a été compliqué pour toi?

X: Ça n’a pas été forcément compliqué, je pense que grandir dans des quartiers difficiles m’a appris à me débrouiller dans la vie et m’a enseigné des notions fondamentales du business que j’ai pu appliquer ensuite dans la musique .

– Pourquoi avoir choisi la dancehall et pas une autre musique?

X: Parce que j’ai eu un vrai coup de cœur pour cette musique, je trouve que la dancehall comparé à beaucoup de musiques donne la joie au cœur car c’est avant tout une musique festive.

– Tu te lances finalement dans le game à 19 ans, en 2003, et tu sors « TNT » sur Dancehall Clash 2

X: Exactement.

xman6

– 2006, c’est l’année ou X-Man sort de l’underground?

X: Je n’en suis jamais véritablement sorti, j’ai fait mon premier album en 2011, mais j’ai toujours envoyé en parallèle des singles dans l’underground, en téléchargement gratuit.

– Et là, tu commences à impressionner le public avec des titres efficaces comme Sophie, Madinina Kuduro ou Pa fè yo sa…

X: Si tu le dis! lol 🙂

– Influencé par la vague Jamaicaine et Admiral T, tu commences à écrire des textes. Tu avais du talent à l’époque? 😉

X: Lol la musique comme tout autre chose, c’est quelque chose qui se travaille, je ne sais pas si au début j’étais talentueux, mais en tout cas j’étais passionné.

– C’est à partir de « Le pti jeu » et surtout « Welcome to Madinina » que l’on commence à parler de toi, quels souvenirs gardes-tu de cette période?

X: Pour moi c’était incroyable, j’avais des sons qui passaient à la radio et mon clip le « Pti jeu » à la TV, c’était un rêve qui commençait à devenir réalité.

– Quel est ton premier enregistrement que tu qualifierais de « sérieux »?

X: Je n’ai pas de souvenir précis, mais c’est surtout quand je rentrais dans des studios autre que mon home studio pour poser sur les compilations, j’avais le sentiment de vraiment rentrer dans le Game :).

– Te souviens-tu à quel moment tu as réalisé que le regard des gens sur toi changeait, que l’on te voyait désormais artiste?

X: J’avoue que j’étais tellement plongé dans ma musique et dans mes textes que je n’ai pas tout de suite réalisé que le regard des gens avait changé, j’en ai pris conscience vers 2008 ou 2009, à mon retour en Martinique après ma première tournée en France. Quand je marchais dans la rue et que j’entendais au loin « X-Man! ».

– Tu es toujours en contact avec les membres de RFX?

X: Oui par exemple c’est Rott Mc qui a réalisé le clip du titre « An kou tonbé » sur mon dernier album.

– Tu as participé à de grosses compils durant les 5 premières années de ta carrière, cela a-t-il été formateur?

X: Bien sûr parce qu’à cette époque il n’y avait ni Facebook, ni les autres réseaux sociaux, il fallait donc enregistrer le meilleur titre de la compile pour avoir une chance d’être mis en avant.

– As-tu connu des phases où tu as pensé arrêté la musique et passer à autre chose?

X: Je pense que tous les artistes connaissent ces phases là, parfois on a besoin de recul et de remise en question, surtout quand ça fait longtemps qu’on est dans le milieu. Après tout il n’y a pas que la musique dans la vie.

xman4

– Ton premier album, « Atypique » sort en 2011, soit 5 ans après tes début. Pourquoi se lancer aussi tard sur le marché en solo?

X: J’ai pris beaucoup de temps à trouver quelqu’un prêt à miser sur moi. La musique dancehall se vend très peu, il y a donc de moins en moins de producteurs qui prennent ce risque et à l’époque je n’avais pas les moyens de me produire seul.

– La sortie coïncide surtout avec ta première grande salle, le Bataclan, qui fut un succès. Et ne parlons pas du succès de tes concerts à l’Atrium! Tu es fier de cette année 2011?

X: Il est clair que j’en garde d’excellents souvenirs, c’étaient les premiers événements où je pouvais rencontrer vraiment mon public, il venait pour moi et connaissait pratiquement tous mes titres. C’est une sensation incomparable et inoubliable.C’est aussi en 2011 que je me suis imposé parmi les têtes d’affiche du milieu dancehall. Ce sont les différents concerts et tournées qui m’ont fait me rendre compte de l’ampleur qu’avait pris ma musique.

– 2013, tu reçois un Prix Spécial de la Sacem, ça fait quoi d’avoir la reconnaissance des « Gran Nonms » ? 😉

X: Ça fait toujours plaisir et ça donne envie de continuer.

– Tu te sens en compétition avec les autres acteurs du dancehall martiniquais?

X: Non je ne me sens en compétition avec personne, j’essais juste d’avancer sans regarder autour et toujours donner le meilleur de moi-même à mon public.

– On vous compare souvent artistiquement, toi & Kalash, vous sortez souvent des hits en même temps… Tu penses faire un titre avec lui?

X: Il est vrai qu’on nous compare souvent, mais je pense qu’on est pas totalement dans le même créneau musical. Nous avons déjà fait un titre ensemble dans le passé et pourquoi pas un dans le futur.

– Tu signes chez Step Out pour la sortie de ton second opus « Saturday Night » qui démarre sur les chapeaux de roues avec « Dans les étoiles », hit des vacances 2014.

X: Yes!

– Après on parle de divergences d’opinion entre la prod et toi… La vérité sur le sujet?

X: Effectivement ce qui avait été dit avant la signature, et ce qui a été fait après était totalement différent. Je n’en demandais pas trop, juste une promo digne de ce nom, promo qui était presque inexistante. Au final, j’ai dû tout faire tout seul. Aujourd’hui je reste en bon terme avec mon producteur même si je ne suis plus en contrat avec « Step out ». Je fonctionne maintenant sous mon propre label: TÔNÔP.

– « Après le love style « Dans les étoiles » tu t’engages avec « Fake Friend » et un clip très fort pour marquer les esprits. Avec l’âge, X-Man se fait plus moralisateur?

X: Lol j’ai toujours fait des sons conscients comme « 9 Novembre 84 » ou « Imaginé », de mon premier album « Atypique » par exemple.

– On dirait que tu te diriges vers moins de sons festifs, c’est une impression?

X: Disons que j’avais besoin de varier un peu mon répertoire musical, j’ai donc essayé des styles que je n’avais jamais tenté auparavant et je pense que c’est une bonne chose, mais on retrouve quand même des titres festifs sur mon album, dans la section « Party » qui n’est d’ailleurs consacré qu’à ça.

– Penses-tu que les artistes dancehall doivent être plus attentifs aux problèmes de société, alors que certains sont encore dans le fun, la légèreté voir le slackness?

X: Non ce n’est pas une obligation, c’est aussi important de faire sourire les gens, et si tu as envie de faire passer un message tu le fais et pourquoi pas allier les deux un peu comme Stromae. Mais tu ne peux pas demander à un peintre qui fait de l’art abstrait de faire du réalisme s’il n’en a pas envie. Ceux qui parlent comme ça sont ceux qui pensent qu’on peut changer le monde grâce à la musique or ce n’est pas le cas, sinon ce serait déjà fait. Je pense que les gens ont besoin de décompresser et de s’amuser pour oublier les problèmes du quotidien.

– Depuis le début de l’année tu travailles sur ton prochain album, ça veut dire que tu tires un trait sur « Saturday Night »? Parle-nous de ce prochain opus?

X: Je ne prépare pas d’album pour le moment, mais en effet j’arrive avec de la nouveauté et des projets de collaboration avec d’autres artistes.

– Un sccop sur ton prochain feat? 😉

X: M’pa kapab di nou plis m’kolé tet m’kolé zépol ak frè ka sanm nou 😉 [NDLR: nous pensons qu’X-Man essaye de nous faire comprendre qu’il va faire un feat avec un artiste haïtien… ou pas 🙂 ]

– Tu te vois comment dans 20 ans?

X: Avec quelques rides et des cheveux blancs mdr… Non plus sérieusement dans une belle petite maison à la campagne en Martinique avec ma femme, mes enfants, mes poules et mes moutons lol… 🙂

– Tu es amoureux de ton pays, qu’est-ce que la Martinique représente pour toi?

X: Je suis fou amoureux de mon île, de sa faune, de sa flore et de son climat apaisant. Ça fait maintenant 5 ans que je vis à Paris, j’ai beaucoup voyagé, et régulièrement je me rend compte de la chance qu’on a de pouvoir vivre dans la caraïbe.

– Tu fais participer tes fans à ta vie quotidienne avec tes vidéos « Classé X », c’est pour la promo ou un kiff?

X: J’avais vraiment envie de partager mon quotidien avec mes fans.

– Tu es accro aux réseaux sociaux ou tu pourrais t’en passer?

X: Je ne suis pas du tout accro aux réseaux sociaux et c’est d’ailleurs un combat quotidien entre mon manager et moi pour que je le mette à jour! lol. Je suis conscient de l’importance des réseaux sociaux dans une carrière artistique aujourd’hui, donc je fais un effort, mais si je n’étais pas chanteur je pense que j’aurais pu m’en passer.

– Le mot de la fin?

X: La suite au prochain épisode 😉

Merci X-Man ^^

 

Retrouvez X-Man sur la Toile

Facebook: XMAN972

YouTube: Xman dancehall

Instagram: xman972

Twitter : xmanofficiel

 

Trackbacks

  1. […] nous vous l’avions annoncé dans l’interview de X-MAN, le jeune homme se lance en solo avec la création de son label TÔNÔP et on premier clip, […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :