VALLEY: « Atout coeur est un album à l’honneur de la femme »!

val

 

 

– Salut Valley, présente-toi aux lecteurs de FKZM!

VALLEY: Né en 1978 je suis issu de ce quartier « dit » défavorisé, Trenelle Citron. Une enfance à la hauteur de la situation de mon quartier, je dirais, de famille monoparentale, élevé par ma mère au sein d’une grande famille très modeste.
Ma scolarité s’est passée comme mon tempérament, j’ai suivi le cycle par obligation mais à l’âge de 16-17 ans, j’ai décidé de faire comme je le sentais pour moi-même, après un entretien des plus sérieux avec ma mère. Donc j’ai pris mon indépendance en allant vivre chez mon grand père, j’ai suivi quelques formations jusqu’aux diplômes pour enfin me consacrer entièrement à la musique, et de là commença l’aventure.

– Tu as démarré très jeune dans la musique, dès le collège, comment cela s’est-il fait?

V.: Ben, au départ, c’est grâce à mon jeune voisin de l’époque, « Little Terry » .En ce temps-là, nous avions déménagé, ma mère, son mari, ma sœur et moi à Godissard (Secteur G), j’avais 13 ans. Terry habitait dans l’appartement du bas et, en allant au collège, nous partagions ensemble ce qui était nouveau pour moi mais connu par lui par rapport à son frère qui était Selecta dans le sound systèm qui se faisait tous les week-end derrière notre cité.
De fil en aiguille, j’ai compris que c’était un moyen de communiquer notre mal-être, notre colère, l’amour, la dérision… Et de là, avec mon frère d’arme, nous avons décidé de prendre ça au sérieux.
Tous les matins nous échangions nos flow, nous improvisions sur le chemin de l’école sur tout ce qui nous tombait sous le nez, sur tous les sujets possibles…
Le soir, en sortant, on se retrouvait à nouveau pour travailler notre style et nos textes…. Et voilà, notre réputation a été faite dans le collège mais aussi dans tout le quartier Godissard.
Je me rappelle encore de ces moments de récréation où ça tournait en SOUND SYSTEM! mdr

– A 17 ans tu poses ton premier titre sur Reggae Zone de Laurent Leduc, tu es le plus jeune artistes reggae enregistré à ce moment?

V.: En fait le premier titre que j’ai posé en studio a été « Le Bruit des Chaines » sur la compilation « Karib Jam » produit par Guy Suivant et Alain Ajax, celui-ci a été enregistré chez Laurent Leduc et c’est à ce moment qu’il m’a découvert et m’a proposé de figurer sur le projet Reggae Zone.
C’est vrai que j’étais le plus jeune, mais je ne me rendais pas compte de cela, car j’ai toujours évolué au milieu de plus mature que moi.
Mon but à cette époque était de me faire ma place, d’imposer mon style, chose faite car après avoir enregistré le premier titre « Stoppez les guerres », Laurent m’a proposé un second riddim, c’était une consécration pour moi, vu que l’écurie de la Red Zone de Laurent LeDuc était une des meilleures à cette époque, et pour couronner le tout le titre LE BRUIT DE CHAINES fut un véritable succès en radio dans cette même année!

– Très tôt, tu as choisi des thèmes très adultes, très conscients, pourquoi?

V.: Je chantais ce que je vivais, je chantais ce que j’étais, il ne m’est jamais venu à l’idée de chanter ce que je ne vois pas ou ce que je ne suis pas. Seuls les clowns se déguisent, seuls les comédiens miment 😉 . Les gens à cette époque se sont retrouvé dans mes messages car ils étaient authentiques et surtout parce que je parlais d’un réveil populaire et d’amour. Ils avaient besoin d’entendre ça! Ils ont encore besoin de l’entendre mais les mentalités ont tellement changé, qu’aujourd’hui en chantant la vérité tu passes pour un moralisateur.

– Il faudra attendre 7 ans pour pouvoir vraiment percer, ça ne t’a pas semblé long?

V.: Tout vient à point à celui qui sait attendre… Nous avons beau faire ce que nous voulons, mais nous n’allons jamais battre le temps à son propre jeu. De plus ma politique est « ce n’est pas de bien commencer une oeuvre qui est le plus important mais c’est de bien la finir » donc ça ne m’a pas semblé long je suis dans le temps qui m’a été donné 😉

– « Fleur de Lys » t’a lancé auprès du grand public, de quoi parle ce titre?

V.: Il parle d’un amour inconditionnel, d’un amour sans fin….


– S’ensuivent, « Sael & Friends », « Bèlè boum bap »… Valley est dans la cour des grands!

V.: 🙂 C’est une vision…. Mais c’est vrai qu’avec Saël and Friends, j’ai eu droit à une autre exposition que ce que l’underground de l’époque m’offrait, la collaboration avec Kali sur Bèlè Boum Bap était une cerise sur le gâteau car c’est un artiste que j’apprécie énormément. Cela m’a conduit à l’Olympia avec Gertrude Seinin qui avait apprécié le remix de « An ti priyè »

– Ton premier vrai album est un concept produit par Don Miguel, « Dual Choc »

V.: Oui, c’était plus un concept je dirais qui réunissait PLEEN ET VALLEY. 2 styles différents mais un seul et même feu, d’où le nom DUAL CHOC

– 2006, Valley se lance et dans la prod et en solo…

V.: Ouais il le fallait, car j’ai toujours eu ce tempérament de battant et de débrouillard, on ne peut être mieux servi que par soi-même donc il était temps que je me bouge et que je montre mes capacités.
A cette époque-là, je me disais avoir perdu du temps et avoir été incompris donc je me suis organisé, et avec mes propres moyens, j’ai produit mon premier album solo « Mêt a Pawol ».

– Tu as enchainé quelques hits: Pussywoll, Big Bam bam avec Keida, Factè-a, La Folie que tu as mais on a l’impression que les radios ont eu du mal à te suivre, pourquoi?

V.: Mdrrr il y a longtemps que je ne me pose plus de questions concernant la promo de mes sons en radio, si ce que je fais est au format ou pas, si ça plaira aux radios ou pas, si on me suivra ou pas.
Il n’y a plus de critères aujourd’hui, en fait il n’y a plus de valeur: c’est le buzz qui semble compter…
Le plus marrant de tout ça c’est qu’ à la sortie de Pussywol en 2011 sur une page youtube, ce titre était déjà à 400.000 vues avant que cette fameuse page ait été contrainte de fermer. Le titre cartonnait en soirée, ainsi que Factè a.

Quant a Big bam bam, j’ai eu des retours de Djs et d’animateurs new-yorkais et d’Hawaï  sans compter des retours liés au tweeter de Keida des jamaïcains qui était étonnés de mon flow
ce qui m’a valu de paraître sur une compilation jamaïcaine « Shamballa riddim« , compilation comportant une quarantaine d’artistes jamaïcains: ELEPHANT MAN, CHRONIXX, KEIDA, T.O.K, BOUNTY KILLER, WAYNE MARSHALL, pour ne citer que ceux-là. Le mois suivant c’était une proposition de riddim composé par le prod de TOK envoyé par le manager de KEIDA. Donc que dire d’autre si ce n’est que… (sourire) mais tu as eu raison de te poser cette question.


– « Matiniché » est un grand titre, un tournant dans ta carrière, avec un Prix Sacem à la clé, tu en es fier?

V.: Oui car c’est ma première production indépendante, et je me suis dit que j’avais fait le bon choix de me produire tout seul, j’étais fier car j’étais nominé dans 3 catégories pour mon premier album solo mais j’ai surtout eu une grande satisfaction par rapport à l’accueil que le public a donné à ce message engagé « Matiniché ». Nous avions pour habitude de voir des prix reggae dancehall décernés à des titres plus festifs donc ce fut une belle consécration.
*meilleur reggae dancehall 2007 et nominé dans les catégories suivantes
*meilleur texte
*tube de l’année
il y a de quoi en être fier. 🙂

– La sortie de l’album « Atout coeur » semble changer les choses avec « Viv' », le premier single qui est un véritable carton en radio et TV et des très bons retours sur le titre lui-même, ça te fait plaisir?

V.: Il y a de très bons retours! Je suis satisfait! Mais je dois aussi cela à l’équipe qu’il y a derrière, les membres de cette team aiment rester dans l’ombre donc je ne parlerai pas d’eux mdr… Mais c’est nettement plus facile avec une équipe de travail qui croit véritablement en votre potentiel…

– Atout coeur est le pendant « love » de « Valley de pique », sorti en 2013, parle-nous de cconcept à 2 faces et du contenu de « Atout coeur ».

V.: Beaucoup de personnes me connaissent maintenant et savent que je suis capable de poser sur tout type de riddim, dancehall, rap, reggae, etc… Il y a ceux qui m’apprécient plus pour ce coté reggae lovers et conscient, d’autres pour le coté dancehall rap un peu plus radical, donc ce concept était une manière de faire plaisir à chacun et de permettre à ceux qui ne me connaissaient pas encore de voir ce panel de style. « Valley de pique » comportait des sons très sombres, des sons festifs, des textes qui abordaient des thèmes forts tel que « ES OU PÉ WÈ » et « NEG » que j ‘ai baptisé « variété créole » car personne n’arrivait à définir leur style mdrrr
Atout coeur est tout le contraire, 80% de reggae lovers à l’honneur de la femme, j’aborde ce sujet sur plusieurs formes. On peut découvrir « DANS L’OMBRE », un titre qui parle de la femme diminuée et humiliée par son partenaire, « VIV' » que l’on connait qui parle de choix difficiles à faire face à la tromperie, « L’AMOUR N’EST PAS UN JEU », qui exprime le mal-être d’être abandonné par le soit-disant grand amour, « DOUDOU » l’un de mes préférés qui est un titre très doux avec des paroles comme il faut 🙂 … Je pense que beaucoup de femmes se retrouveront dans ce titre, et il y en a plein d’autres…

– Valley est plus Roi de coeur ou Roi de pique?

V./ plus un AS DES AS mdrrrr….

– Tu t’affirmes aujourd’hui comme un être plus spirituel qu’avant, c’est de là que tu tires ta force de caractère?

V. : Ma force de caractère je l’avais déjà, mais c’est vrai qu’aujourd’hui les mises à jour ont été faites et ce qui n’était pas en place, l’est maintenant et je rend gloire à Dieu pour cela.
– Que penses-tu des artistes urbains qui se lancent dans des clashes sur les réseaux sociaux?

V.: Chacun son intérêt, chacun son besoin, mais le but d’un clash pour moi est la capacité d’un artiste à démontrer son talent lyrical, technique et vocal, sa capacité à supporter la pression sur scène
mais aujourd hui combien de choses se font dans les règles de l’art dis moi????….. Tout cela est sans valeur, et sans saveur….. Après un clash vos Cd restent dans les Bacs, vainqueur ou pas… Vous ne recevez pas un super chèque à 5 chiffres et vous ne signez pas dans une grosse maison de disque, le temps des clashs légendaires, c’est fini tout ça. Tout ce qu’on peut entendre pendant ces clashs sur le web, c’est le bruit des claviers.

– Comment regardes-tu la génération montante? Bienveillance ou désapprobation? Quel conseil leur donnerais-tu?

V.: Je n’ai aucun conseil à leur donner sur ce coup-là. Je pense que les statistiques de nos podiums martiniquais et de nos médias expriment suffisamment bien les choses…

– Nous savons que tu as un message pour la jeunesse antillaise qui semble se complaire et se perdre dans le nouveau folklore jamaïcain: danse sexuelles et non-respect du corps féminin, quel est-il?

V.: J’ai eu le temps de bien profiter ou de mal profiter, je ne sais pas, mais une chose est certaine, c’est que le choix que j’ai fait aujourd’hui me conduit à vivre ce que je ne pensais pas. Les choses sont différentes et si agréables que j’aimerais que tous puissent les vivre. Aujourd’hui les parents sont dépassés par une éducation occidentale dominés par des lois laxistes, alors que nos jeunes sont influencés et façonnés aux normes des grandes métropoles. Ils n’ont plus la crainte de Dieu. Le seul message, je pense, à leur donner face à cette montée du non respect de toutes sorte est : « Honore ton père et ta mère afin que tes jours soient prolongés » #exode 20:12
– Tu en as d’ailleurs parlé lors de ton passage au Festival de Fort-de-France sur la scène urbaine et tu as eu une très belle phrase, tu as dit que tu avais décidé d’accepter cette prestation pour pouvoir faire passer ton message de paix au peuple… Le public a apprécié et est resté avec toi sous la pluie… joli moment… 😉

V.: Oui ce fut un super moment, comme je te l’ai dit plus haut, les gens ont besoin d’entendre des choses fortes, des choses édifiantes qui leur permettent de voir clair ou encore d’être fortifiés. Mais si tous les jours on ne leur donne que de la musique pour les endormir ou que pour les « ambiancer », ils s’y habituent et ce qui devrait passer pour un réveil des consciences passent pour un jugement, pour une morale.
Je suis un artiste festif, mélancolique, conscient multifonctions on dira mdrrr mais en faisant passer des messages forts on peut vite me donner cette image de moralisateur alors qu’il n’en est rien de tout ça.
J’avais déjà refusé cette proposition de participation à ce Festival pour des raisons propres à ma vision actuelle du pays… Mais en regardant tout ce qui se passait sur les réseaux sociaux, au journal télévisé … Je me suis dit que ce n’est pas possible que nous restions là à végéter alors que nous sommes entrain de sombrer à tous les niveaux (politique, culturel, social, etc). Donc j’ai rappelé l’organisateur et je me suis dit que ce sera pour moi un dernier cri de réveil même si je sape l’ambiance mdrrr
Mais parfois il vaut mieux saper l’ambiance que de suivre le cortège funeste. Les gens sont restés sous la pluie et ont ouvert leur cœur pour recevoir ces paroles, je suis moi-même descendu les rejoindre pour exprimer le fait que nous sommes ensemble sur le même bateau. Mais qu’il nous faut nous examiner et retourner à l’essentiel « l’essence ciel » et ce fût un moment exceptionnel… Vraiment…
A chaque cyclone nous avons trop tendance à dire que nous sommes bénis, comme si rien ne pouvait nous arriver, mais c’est quand le jour arrivera que nous comprendrons que ce n’était que des délais donnés pour nous humilier et pour changer d’attitudes les uns envers les autres afin de bénéficier vraiment, de la vraie Bénédiction.

festivalfdf-0194
– Quels sont aujourd’hui tes espoirs? tes rêves?

V.: Mes espoirs, ce serait peut-être de voir ce pays se relever… Ouais ce serait formidable! Voir les mentalités d’aujourd’hui se perdre pour enfin voir naître de nouvelles. Cela nous emmènerait à grandir et à devenir une véritable nation car le potentiel est là!
– Le mot de la fin?

V.: Merci à vous et bonne continuation 😉

 

pb valley

Retrouvez Valley sur la Toile

Facebook: VALLEY OFFICIEL

Instagram: VALLEY_NIPMUSIC

Twitter: https://twitter.com/valley_nipmusic

YouTube: ValleyNIPMusic

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :